Services Citoyens ? Peut-on manager par « L’impuissance politique …enrobée dans les bons sentiments » ?

A quoi sert « la » politique ?

Certes elle ne peut se réduire à n’être qu’une série de « services » offerts aux citoyens et à la population. Pourtant elle modèle les « services citoyens », malgré tout : mais sur quels fondements ?

Depuis longtemps la confusion règne : notamment on mélange dans les systèmes fiscaux ou les « tarifs » des « services publics » à la fois « le prix du service » (souvent devenu inconnu en absence de toute comptabilité analytique) et non-mesuré, et la « solidarité ». Il en résulte une perte de légitimité, de confiance. Cela se traduit en un retrait ou une contestation. Avec des « systèmes démocratiques » uniquement appuyés par des pétitions de principes et des affirmations idéologiques (car pas de réelle mesure des résultats des politiques publiques).

A plus « haut niveau », la légitimité « intellectuelle » du système est remise en cause :  terrorisme, révolte dans la jeunesse, campagne antiraciste absurde, Europe impuissante, le titre du dernier livre de Jean-Pierre Le Goff, Malaise dans la démocratie, est plus que jamais approprié à la situation actuelle. Le sociologue et philosophe fait le point dans une interview du 25 mars 2016 à lire attentivement.

Jean-Pierre Le Goff est un philosophe, écrivain et sociologue français. Il est connu pour ses ouvrages sur le système managérial : « Le Mythe de l’entreprise », « Les illusions du management » mais aussi pour « Mai 68, l’héritage impossible. ». Son dernier livre Malaise dans la démocratie vient de paraître chez Stock

Quelques extraits significatifs de la « perturbation » des démarches de services citoyens »

malaisedansladémocratie

Jean Pierre Le Goff : « L’impuissance politique est enrobée dans les bons sentiments »

Remaniement ministériel digne d’une farce, débat sur la loi travail qui contredit totalement le programme du candidat Hollande en 2012,[…]: le titre de votre livre, Malaise dans la démocratie, n’a jamais semblé aussi approprié.

Jean-Pierre LE GOFF. – De quelque côté que l’on se tourne, c’est l’impression de confusion et de délitement qui domine avec le sentiment d’impuissance des États à s’attaquer aux causes des maux dont ils déplorent les effets. On réagit au plus vite pour essayer tant bien que mal de gérer des problèmes qui s’emballent : lutte contre le terrorisme, flux de migrants, Union européenne à la dérive, chiffres du chômage…, tout en ayant en vue des échéances électorales qui se rapprochent à grands pas.

Chaque jour nous confronte à la vision d’un pays désorienté, d’une Union européenne à la dérive et d’un monde livré au chaos. Les images du flot de réfugiés et de migrants bloqués aux frontières criant leur colère renforcent l’angoisse des peuples européens : pour ces migrants l’Europe est une terre promise quoiqu’il en soit du chômage, des différences de culture et des mœurs ; réfugiés politiques et migrants économiques se mélangent dans la plus grande confusion, sans parler des terroristes islamistes qui peuvent profiter de l’occasion. Les grands discours généraux sur la lutte contre la xénophobie, l’islamophobie, le racisme…, les leçons de morale données aux peuples européens qui craignent de voir à terme leur pays et leur culture s’en aller à vau l’eau n’y changeront rien.

[..]

La présidence de François Hollande représente le summum du pouvoir incohérent et informe qui ne date pas d’aujourd’hui.

La politique intérieure française ne semble pas plus sortie de ce que vous appelez la « démocratie de l’informe » …

La présidence de François Hollande représente le summum du pouvoir incohérent et informe qui ne date pas d’aujourd’hui. La façon dont on prépare et multiplie les lois, dont on avance et on recule au gré des pressions des uns et des autres, pour aboutir à des « synthèses » alambiquées qui finissent par mécontenter tout le monde constitue une sorte de modèle-type d’une « gouvernance » post-moderne qui navigue à courte vue au gré des évolutions, des événements et des groupes de pression. La concertation, la démocratie participative, la recherche d’un compromis acceptable… ont bon dos pour masquer l’absence de tout projet clair et cohérent. La loi El Khomri qui a, entre autres, pour objectif de faciliter la négociation a comme caractéristique paradoxale d’avoir été préparée sans consultation avec les organisations syndicales, avec menace plus ou moins claire d’utiliser le 49-3, avant de revenir en arrière, pour aboutir à une « simplification » du code du travail qui risque d’être des plus complexes… Au bout du compte, tout le monde est mécontent ou insatisfait, sauf le gouvernement. Quant au projet sur la destitution de la nationalité et la réforme de la Constitution, sa nécessité et son utilité ne vont nullement de soi au regard de textes de loi déjà existants et à la mentalité djihadiste qui se fiche pas mal de se savoir français ou non. N’importe comment, on ne voit pas comment elle pourrait aboutir. L’opinion finit par ne plus comprendre au juste de quoi il est question et pourquoi on a consacré tant de temps, de débats et de polémiques pour aboutir à retirer les projets en question ou à de piètres résultats. D’où l’impression justifiée d’une politique qui fait beaucoup de bruit pour pas grand-chose (« Tout ça pour ça !) et dont le rapport avec la réalité du pays et les préoccupations des citoyens ordinaires est de plus problématique.

Le « président normal » s’efforce d’incarner la fonction présidentielle dans une situation qui semble devenue immaîtrisable, tout en se livrant à quelques selfies lors de ses déplacements et des confidences dans des journaux branchés. Le citoyen ordinaire pourra ainsi connaître en lisant le magazine Elle quelques informations sur la famille du président, sur sa vie avec Ségolène Royal où il faisait les courses ou la cuisine, s’occupait de enfants, tout en regrettant de n’en avoir pas fait davantage… De tels propos suffiront-ils à rassurer les français sur les compétences du Président à diriger le pays ? Les féministes toujours avides d’autocritique publique dans les médias, peuvent-elles se contenter de tels propos ? Dans tous les cas, dans la perspective de l’échéance serrée qui s’annonce, il n’y a pas de petits profits électoraux. Comment dans ces conditions, ne pas désespérer de la politique ?

[…]

C’est une mentalité nouvelle qui a vu le jour pour qui la démocratie est devenue synonyme de relativisme culturel, la nation de xénophobie et de racisme, l’Europe et l’Occident étant eux-mêmes considérés, peu ou prou, comme les responsables de tous les maux de l’humanité. Comment peut-on sortir d’une telle situation ?

On ne s’en sortira pas avec le rappel de valeurs générales et généreuses et de bons sentiments, mais tout d’abord, comme cela a déjà été dit, par des moyens de police et militaires qui doivent frapper comme il se doit les ennemis qui veulent nous détruire. C’est la crédibilité de l’État détenteur de la violence légitime et assurant la sécurité des citoyens qui est en question. On a compris (tardivement) qu’on ne pouvait traiter le Ministère de la défense comme les autres en le soumettant à des restrictions budgétaires drastiques, même si on peut estimer qu’on est loin du compte pour faire face aux menaces dans un monde des plus chaotiques. Mais pour que l’État puisse effectivement jouer son rôle, il faut qu’existe en même temps une opinion publique qui le soutienne fermement dans la répression nécessaire dans le cadre de l’État de droit. Les demandes d’engagement dans l’armée et la police de la part des jeunes générations traduisent de ce point de vue une nouvelle dynamique qui rompt clairement avec la dépréciation dont ces deux institutions ont fait l’objet depuis près d’un demi-siècle.

Mais dans la jeunesse comme dans d’autres catégories de la population, existent des fractures sociales et culturelles symptomatiques […] parce que cette question nous renvoie aux faiblesses internes des démocraties européennes, au refus d’affronter des réalités dérangeantes en essayant tant bien que mal de les masquer, comme pour mieux se rassurer en se croyant à l’abri des désordres du monde.

[…]. Comme je le souligne dans mon livre, cela pose le problème du bouleversement du terreau éducatif et sociétal des démocraties européennes, bouleversement qui a abouti à la dépréciation de leur propre histoire et à la mésestime d’elles-mêmes, au profit d’un multiculturalisme invertébré et sentimental qui a le plus grand mal à reconnaître qu’existe une pluralité des peuples et des civilisations. C’est une mentalité nouvelle qui a vu le jour pour qui la démocratie est devenue synonyme de relativisme culturel, la nation de xénophobie et de racisme, l’Europe et l’Occident étant eux-mêmes considérés, peu ou prou, comme les responsables de tous les maux de l’humanité. Les guerres, les totalitarismes et la shoah, le colonialisme… se sont trouvés intégrés dans un récit de plus en plus dépréciatif de notre histoire et la critique salutaire de l’ethnocentrisme européen a versé dans un règlement de compte qui n’en finit pas. […]

C’est précisément cette nouvelle mentalité qui s’est trouvée percutée et désarçonnée par le terrorisme islamique, sans pour autant être en mesure de comprendre ce qui est arrivé, parce que cette mentalité s’est formée dans une époque où la France et les sociétés démocratiques européennes se sont déconnectées de l’histoire et du tragique qui lui est inhérent.

On a l’impression à chaque fois de toucher le fond, avant que de nouveaux faits délétères enfoncent un peu plus le pays dans la spirale du délitement et de la mésestime de soi.

« Tout ce qui était n’est plus, tout ce qui sera n’est pas encore. Ne cherchez pas ailleurs le secret de nos maux. », écrit Musset en 1836. En 2016, on a également le sentiment d’assister à la fin d’un monde…

Nous vivons la fin d’un cycle historique où nombre de schémas de pensée et de façon de faire de la politique se décomposent à grande vitesse avec le sentiment partagé par beaucoup que cette période de décomposition n’en finit pas de finir. C’est toute une façon de faire de la politique au gré des évolutions, sans stratégie et sans vision, dans une logique de réactivité et d’adaptation à courte vue qui est en question. Le déni du réel, la réactivité et la fuite en avant s’accompagnent d’un discours victimaire et compassionnel qui enrobe l’impuissance politique dans des valeurs généreuses et des bons sentiments, en essayant de cette manière compassée et compassionnelle d’incarner l’unité d’un pays désorienté et morcelé. La réactivité et la compassion dominent sur fond d’impuissance de proclamation insipide des grands principes, de coups de menton, d’indignation sur jouée et de petits calculs électoraux. Au vu de tout cela, les citoyens ordinaires ont des raisons de ne plus croire à la capacité du politique à agir sur le réel et redonner confiance dans l’avenir. Face à un État incohérent qui navigue à vue, dit une chose et son contraire, avance et recule au gré des groupes de pression et des clientèles électorales, les citoyens désorientés perdent confiance dans la politique, se replient sur leurs réseaux et leurs communautés d’appartenance dans une logique de repli sécuritaire et de défenses de leurs propres intérêts catégoriels.

Dans le même temps, affaires, scandales, discours incohérents, démagogie et reculades, dénonciations en tout genre s’affichent dans les médias et les réseaux sociaux… Le lynchage médiatique dans les réseaux sociaux est devenu un sport national, le coupable est dénoncé et jugé avant même l’instruction, laquelle peut désormais se dérouler à livre ouvert dans les journaux. Sous les oripeaux de la « démocratie participative » et de la transparence, la mentalité « sans culotte » a gagné du terrain. Il ne sert à rien de dénoncer l’extrême droite et le « populisme » tant qu’on continuera de dénier les réalités délétères qu’ils savent exploiter à leur manière. On a l’impression à chaque fois de toucher le fond, avant que de nouveaux faits délétères enfoncent un peu plus le pays dans la spirale du délitement et de la mésestime de soi. Ce n’est pas seulement une question de « popularité » mesurée à l’aide de multiples sondages qui est en question. C’est le lien de confiance avec l’État et une bonne partie des élites qui est rompu entraînant la méfiance et la suspicion dans une optique victimaire empreinte de ressentiment.

On assiste bien à la fin d’un monde avec des risques de conflits ethniques et de violences, une accentuation du chaos. Dans ces conditions, l’appel à l’optimisme, à la « mondialisation heureuse » a des accents de méthode Coué tant que ne sont pas clairement reconnues la gravité de la situation et les impasses auxquelles ont conduit une politique de l’autruche et de la fuite en avant qui n’appartient pas spécifiquement à un camp. Les politiques ne peuvent évacuer la question de la part de responsabilité qui leur incombe dans cette période critique de l’histoire que nous traversons. C’est l’une des conditions pour regagner la confiance du pays et des peuples européens et entamer une reconstruction qui tire les leçons d’une période dont on pourra dire qu’elle est vraiment terminée quand une nouvelle dynamique politique et historique verra le jour. Sans tout attendre du politique, les échéances présidentielles peuvent en être l’occasion, si les politiques parviennent à mettre fin à leur lutte intestine et leur bataille d’ego pour répondre aux exigences qu’implique l’état du pays et du monde. Les citoyens jugeront sur pièces. »

(voir l’article -interview complet ) Alexandre Devecchiohttp://www.lefigaro.fr/vox/culture/2016/03/25/31006-20160325ARTFIG00336-jean-pierre-le-goff-l-impuissance-politique-est-enrobee-dans-les-bons-sentiments.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.